Le DPC
Développement Professionnel Continu


Reconnaissance de l’indépendance et de la qualité de leurs formations, Pharmaguideur, ainsi que Proguideur sa filiale à 100%, sont des organismes de DPC habilités pour les professions :

de Pharmacien
de Chirurgien-dentiste
de Sage-femme
Paramédicales : préparateur en pharmacie (officinaux et hospitaliers), Infirmier et Infirmière (de ville et hospitaliers : IDE et IADE et IBODE), Aide-soignant, Diététicien, Ergothérapeute, Masseur-kinésithérapeute, Opticien-lunetier, Orthophoniste, Psychomotricien et Pédicure-podologue.

Le DPC ne doit pas être vu comme une contrainte, mais comme l’opportunité de bénéficier de formations indépendantes et de qualité, parfois avec d’autres professionnels de santé, comme Anxiolytiques, hypnotiques et autres psychotropes, en bénéficiant d’une prise en charge, et de surcroit, pour les libéraux, d’une indemnisation pour perte de ressources.

Le développement professionnel continu a pour objectifs le maintien et l’actualisation des connaissances et des compétences ainsi que l’amélioration des pratiques.

ogdpc

Chaque professionnel de santé doit justifier, sur une période de trois ans, de son engagement dans une démarche de développement professionnel continu comportant des actions de formation continue, d’analyse, d’évaluation et d’amélioration de ses pratiques et de gestion des risques.

L’ANDPC – Agence Nationale du DPC mettra en place d’ici l’été 2017 un document de traçabilité des DPC effectués, devant être renseigné par le professionnel de santé sur www.mondpc.fr, puis transmis aux autorités de contrôle : Ordres professionnels, ARS…

pharmaguideur3

Inscrivez-vous dès maintenant aux DPC Pharmaguideur et Proguideur !

Les DPC que nous vous proposons comprennent formation (présentielle ou en ligne) et/ou évaluation des pratiques professionnelles et/ou gestion des risques, afin d’être conformes aux méthodes et modalités de DPC déterminées par la HAS (Haute Autorité de Santé) et correspondent à une ou plusieurs orientations nationales du DPC 2016-2018 définies par l’arrêté ministériel du 8 décembre 2015 (JO du 17 décembre 2015)

Contrairement à ce qu’imaginent certains, rassembler son obligation de DPC sur une seule de 3 années prévues serait bien plus lourd que par le passé ! et votre budget DPC d’une seule année ne serait pas suffisant, vos enveloppes DPC restant annuelles !

Le fait de participer chaque année à au moins 1 DPC Pharmaguideur ou Proguideur facilitera la validation de votre DPC triennal !

Conformément à la réforme du DPC instaurée par l’article 114 de la Loi n°2016-41 du 26 janvier 2016 (JO 27 janvier 2016), son décret d’application n°2016-942 du 8 juillet 2016 (JO du 10 juillet 2016) et l’arrêté du 14 septembre 2016 (JO du 21 septembre 2016), Pharmaguideur et Proguideur ont déposé, avant le 21 décembre 2016, leurs dossiers de réenregistrement auprès de l’ANDPC – Agence Nationale du DPC, ce qui leur permet de poursuivre leur activité de DPC, jusqu’à recevoir une réponse de l’ANDPC, au plus tard le 21 septembre 2017. Nous ne doutons pas que Pharmaguideur et Proguideur vont obtenir à cette date leurs enregistrements ANDPC, et même que ceux-ci soient étendus à de nouvelles professions (Médecins, Biologistes…)

Financement des DPC

Le financement des DPC est détaillé, ainsi que nos tarifs, sur cette page :

  • l’ANDPC – Agence Nationale du DPC prendre en charge le DPC des professionnels de santé libéraux (pharmaciens titulaires non-salariés, IDEL…) et des professionnels de santé salariés des centre de santé conventionnés, avec indemnisation pour perte de ressources, MAIS dans la limite de l’enveloppe annuelle de chaque professionnel de santé, au delà possibilité pour les libéraux d’une prise en charge partielle par le FIF-PL
  • le DPC des autres salariés est pris en charge par l’OPCA de leur employeur, c’est notamment le cas d’Actalians (nouveau nom de l’OPCA-PL) en ce qui concerne les salariés en pharmacie d’officine : pharmaciens adjoints, préparateurs en pharmacie…

Remise des attestations de DPC

Après réalisation d’un DPC 2017, Pharmaguideur ou Proguideur fournira au professionnel de santé une attestation de DPC qu’il devra inclure dans son document de traçabilité sur www.mondpc.fr (mise en place prévue à l’été 2017) qu’il devra ensuite transmettre à l’autorité chargé du contrôle de son DPC (Ordre, employeur, ARS…).

En ce qui concerne les DPC 2013 à 2016, Pharmaguideur ou Proguideur ont transmis simultanément l’attestation de DPC aux professionnels de santé avec copie simultanée à l’autorité chargée du contrôle de l’obligation de DPC de ce professionnel :

  • Ordre pour les professionnels de santé libéraux ou salariés dont la profession est dotée d’un Ordre (exemple : pharmacien)
  • Employeur pour les professionnels de santé salariés exerçant une profession ne bénéficiant pas d’une Ordre (exemple : préparateur en pharmacie), lequel employeur peut se voir demander toute justification par l’ARS (Agence Régionale de Santé) dans le cadre de sa mission de contrôle des ressources humaines des établissements et entreprises de santé.
  • ARS (Agence Régionale de Santé) pour les professionnels de santé libéraux exerçant une profession ne bénéficiant pas d’un Ordre (exemple : orthoptiste)

 

Contrôle de l’obligation de DPC

L’autorité chargé du contrôle (par exemple : l’Ordre des Pharmaciens) s’assure, sur la base du document de traçabilité (mise en place sur www.mondpc.fr à l’été 2017) transmis le professionnel de santé, qu’il aura bien rempli son obligation de DPC triennale 2017-2019.

Si cette obligation DPC triennale n’est pas satisfaite, l’Ordre des Pharmaciens demande au Pharmacien libéral ou salarié les motifs du non-respect de cette obligation.

Au vu des éléments de réponse communiqués, le Conseil national de l’Ordre des Pharmaciens apprécie la nécessité de mettre en place un plan personnalisé de développement professionnel continu et notifie au pharmacien qu’il devra suivre ce plan. L’article R. 4236-13 du Code de la Santé Publique précise que l’absence de mise en œuvre de son plan annuel personnalisé par le pharmacien est susceptible de constituer un cas d’insuffisance professionnelle. Le décret 2014-545 du 26 mai 2014 (JO du 28 mai 2014) prévoit qu’un professionnel de santé en insuffisance professionnelle peut se voir signifier, par son Conseil de l’Ordre, une suspension temporelle, totale ou partielle, du droit d’exercer.